Histoire du Speedsail

 


    

En 1977, sur la plage du Touquet, Arnaud de Rosnay, gêné par une mer trop forte ne peut sortir sa planche à voile. Un char à voile passe par là. Il sera la source d'inspiration du célèbre véliplanchiste. Un nouveau type d'engin naît : le « Speed Sail » qui deviendra un sport à part entière et sera reconnu par la Fédération française de char à voile en 1979.



Une idée simple qui, depuis, a fait son chemin et conquis de nombreux adeptes. Elle s'est rapidement propagée le long, des côtes françaises et belges avant de conquérir le monde.

 

L'invention d'Arnaud (marque déposée et invention protégée par un brevet) a été commercialisée dès 1980 par la société NORBERT BLANC SPORTS, gérée pendant plus de 20 ans par Hervé Spriet : plus de 30 000 speedsail ont été vendus en moins de 30 ans ! En 2001, Hervé Spriet a cédé sa société à Jean-Baptiste Lefoulon qui a repris le flambeau et continue donc de commercialiser le même speedsail d'origine inventé par Arnaud (la société s'appelle aujourd'hui NORBLAN sarl)

Le speedsail est un formidable moyen d'évasion, mais il est aussi un sport à part entière affilié à la fédération française de char à voile (il est la classe 7 au sein de la fédération de char à voile) . Il a permis de relever de nombreux défis, comme la traversée de l'Islande, des déserts de Gobi, et du Ténéré. Cette activité proche de la nature connaît son plus grand engouement en France, et force est de reconnaître que la colonie Nordiste fait grande impression. Une planche de bois tropical et 4 roues articulées par des trucks (rien de plus qu'un long skateboard ) permettent par simple déplacement des appuis (talons/pointes) de diriger l'engin à souhait... En un mot, le speed-sail est à la planche à voile ce que le char à voile est au voilier. (indispensable...) Son inventeur serait surpris de constater à quel point la discipline a évolué en quelques années : ses prototypes de bois et d'inox ( qui ne pesaient pas moins de 15 kg ) font place aujourd'hui à des engins performants de carbone et d'aluminium, et les compétitions de niveau international réunissent quelques centaines de passionnés des plages bretonnes aux lacs salés des USA. Cet engin d’un prix modique (l'un des moins chers des sports de glisse !), peu encombrant, permet de rouler à des vitesses élevées mais aussi d’enchaîner dans un espace restreint des manœuvres spectaculaires.